Bienvenue sur le site du "Billard Creusois"

L'association n'a actuellement plus d'activité faute de structure adaptée

Mail: billardcreusois@live.fr

 

 Historique du Billard


Anglais, Français et Italiens peuvent revendiquer l'origine de la création de ce jeu au-travers d'écrits et gravures datant du XVème siècle. Cependant l'évolution du billard actuel pourrait être liée à des jeux de plein air tel que le croquet qui se pratiquait avec des crosses (ancêtre de la canne de billard actuelle) et des billes en bois à l'intérieur d'une surface de jeu entourée de petits murs en chanvre tressé.

Après moult évolutions en Europe, le billard arrive vers 1800 aux Etats-Unis et se démocratisa rapidement à travers tout le pays, générant de véritables spectacles populaires attirant des centaines de spectateurs qui venaient voir les champions français se mesurer aux meilleurs joueurs américains.
Deux types de billards coexistaient, le Carambole (billard français) et le Pool (mot désignant sur le continent américain toutes les sortes de tables, mais principalement de tables dotées de poches).

De 1890 à 1930 le billard se développa de façon spectaculaire grâce aux innovations techniques et à l'amélioration des règles de jeu qui aujourd'hui sont régulièrement actualisée dans l'intérêt de ce sport.



Naissance du Billard 



L'histoire du billard commence sous Louis XI avec l'apparition de tables recouvertes de drap sur lesquelles sont poussées les billes à l'aide de bâtons recourbés à leur extrémité.
Ancêtre lointain du billard ou du golf...
Le billard poursuit son histoire et Louis XIII proclame la fin de la Régence, au Louvre, en montant sur un billard.
Des gravures représentent Louis XIV jouant au billard et Pascal le cite dans ses Pensées...
Il s'agit d'un divertissement réservé à la noblesse.

Apparition des Académies
Avant la Révolution, VIVANT DENON affirme qu'il existe à Paris d'innombrables salles de billard, des " académies " qui étaient peuplées de jour comme de nuit, par des habitués :
joueurs ou spectateurs, maîtres ou amateurs.
Les règles n'étaient pas celles que nous connaissons aujourd'hui et le jeu combinait hasard et stratégie.
Il consistait en l'envoi de boules dans des poches situées sur le pourtour du billard.

Le billard est un jeu populaire et la fabrication des billards est une spécialité suffisamment reconnue pour que le peintre Jean-Baptiste CHARDIN présente son père comme fabricant de billard.



L'ingénieux MINGAUD



Au début du XIXème siècle, jeu de billard était si prisé que tout établissement bien tenu se devait d'en posséder plusieurs exemplaires.
Les prisons n'échappaient pas à la règle et MINGAUD, sous-officier de l'Empereur, profita de son séjour carcéral pour s'adonner à ce sport.
Il perfectionna son art et l'art du billard en collant à l'extrémité de la queue de billard (qui était en bois) une rondelle de cuir. Cela lui permit de mieux diriger la bille.

Il eut l'ingéniosité de frotter le procédé sur le mur de la prison heureusement badigeonné de chaux.
Le résultat fut surprenant, le joueur réussit à donner aux billes des effets tournoyants.
Les billes effectuèrent des trajets magiques.
Le rétro était né, les effets latéraux conféraient aux billes des rebonds surprenants après avoir touché les bandes.

Quand il fut libérable, MINGAUD pria son geôlier de l'autoriser à prolonger son séjour pour améliorer sa technique et affûter ses armes.
Le geôlier accéda aux demandes de son client qui était aussi son partenaire.
A sa sortie de prison, il défia les professeurs de la capitale qu'il battit les uns après les autres.
Il fit imprimer le premier traité de billard dans lequel il expliquait le mécanisme du rendu des effets.
Depuis d'innombrables ouvrages ont été publiés au rythme des différentes améliorations du jeu.



Les billards TOULET



Vers 1850, de nouvelles règles de jeu sont établies, elles privilégient les effets et la direction de la bille du joueur, les poches sont supprimées. Le billard carambole prend son essor en France.
La règle en est aussi simple que le jeu est passionnant. Le joueur doit frapper la bille de telle sorte que celle-ci carambole les deux autres.

Une usine de meubles, Louis TOULET, de la région lilloise crée un département billard.
La qualité de ses produits est telle que ceux-ci s'imposent rapidement. Ceux-ci sont préférés dans les académies dont la célèbre Salle RAMEAU à Lyon.

L'académie de billard est un des lieux publics où les joueurs viennent jouer une partie, d'autres s'entraînent. Des passant s'y arrêtent pour savourer le spectacle.


Recherche billes désespérément
Durant la guerre de sécession des Etats-Unis, le blocus imposé aux Sudistes rend impossible l'importation de l'ivoire dans lequel sont tournées les billes.
Deux industriels, passionnés de billard, dotent un prix destiné à récompenser celui qui trouvera un substitut à l'ivoire.
Les frères HYATT cherchent une solution à ce problème et découvre à cette occasion le celluloïd qui fera leur fortune sans apporter de réponse au problème posé.
L'industrie cinématographique en profita pleinement pour produire les précieuses pellicules.

Il faudra presque un siècle pour que ce problème délicat soit résolu et que soit créé un matériau, le phénol, capable de résister à des centaines d'impacts successifs sans se déformer.



Le caoutchouc roi!



Fin XIX, l'américain GOODYEAR, suite à une erreur de manipulation, trouve le secret de la vulcanisation pour le plus grand bonheur des joueurs à qui il destine sa seconde invention.
Les bandes de renvoi des billes étaient auparavant réalisées en foin, à lisières ou à ressort ...
Au XXème siècle, les bandes sont réalisées en caoutchouc.
L'énergie restituée est considérablement augmentée, les trajectoires allongées... Le jeu de billard par trois bandes est alors possible


Le défi de VIGNAUX



1880 Le billard est à la fois un jeu, un sport et un spectacle.
Le meilleur joueur de la capitale, VIGNAUX, affronte, sur un billard TOULET, le meilleur joueur d'Outre-Atlantique, SLOSSON, en présence de plusieurs centaines de spectateurs dont le président de la république, Jules GREVY.

SLOSSON aligne la première série dite " américaine " de 1103 points.
Les billes semblent aimantées et ne se quittent jamais de plus de 10 cm.
Les spectateurs n'en croient pas leurs yeux et regardent, sans comprendre, VIGNAUX, subir le supplice de la "chaise ".
La simple observation de la performance de son adversaire permet à VIGNAUX d'en démonter le mécanisme et une nuit d'entraînement lui suffit pour maîtriser la nouvelle méthode.
Le lendemain, il assène une série de 1531 points à son adversaire pour le gain du match.


Carambolage sous surveillance


De nouveaux modes de jeu (cadre et ligne) sont créés pour départager les joueurs qui alignent des séries américaines et détruisent le spectacle.
Le règlement interdit aux joueurs d'effectuer plusieurs carambolages dans la même zone.


Les heures de gloire



Le billard est à son apogée.
Il est apprécié en tant que jeu, en tant que spectacle et la salle de billard est un lieu de rassemblement.

Les cafés sont très nombreux (un pour 50 habitants) et les billards meublent la plupart de ceux-ci.

Chaque café de village a son billard, son équipe, son champion. Il n'existe pas d'association professionnelle qui n'ait son cercle, son billard et ses compétitions internes.

Des compétitions se déroulent au sein de chaque corporation.
L'une est réservée au corps médical, l'autre aux sapeurs-pompiers... et les articles de presse nous font découvrir que les joueurs les plus brillants délaissaient parfois leurs activités professionnelles pour améliorer leur technique au billard.

Des parties de billards loteries animent les réunions périodiques.



La petite reine gagne aux points



En 1910 sur un billard TOULET, VIGNAUX obtient son record de 325 points au cadre à deux coups mais la dextérité des joueurs lasse les spectateurs.

Le mode de jeu par " trois bandes ", créé pour départager les joueurs les plus talentueux, séduit de nombreux amateurs.
La bille du joueur doit frapper trois bandes avant de caramboler la seconde bille.

La fabrication d'un billard intègre des systèmes chauffants pour éliminer l'humidité du tapis et permettre aux billes de rouler davantage.
Des draps plus fins sont produits pour accroître le roulement des billes.

La société évolue et de nouveaux moyens de transport éloignent les joueurs des salles.
L'engouement pour la " petite reine " a raison des salles de réunion, des lieux de convivialité et des salles de billard.Les cercles, les salles paroissiales, les cafés...



La renaissance



Le billard connaît un nouvel essor dans les années 1950, de nouvelles techniques permettent de produire des billards encore plus précis, plus fiables...
Les billards TOULET intègrent des ossatures métalliques dans les billards, les ardoises sont rodées par des machines de précision, les bandes de caoutchouc sont améliorées...

Ses standards de fabrication sont adoptés par tous les fabricants lors de la production de meubles de compétition.

Un matériau de substitution remplace l'ivoire des billes. Les "sorciers de l'ivoire", ceux qui arrivaient à compenser l'ovoidité de la bille dans le jeu rapproché sont remplacés par des joueurs encore plus précis.

Sur ces nouveaux billards de nouveaux records sont établis, ils relèguent au rang des antiquités les billards du début du siècle.

Durant les années 70, de nouveaux modes de jeu venus d'outre-manche émergent.
Les billards à poches, plus ludiques, moins techniques attirent de nouveaux joueurs.
Ils permettent une familiarisation avec les instruments de jeu. Des salles de jeu sont installées dans des complexes de loisir.

Le billard est le délassement de choix des soirées entre amis.

Les années 90 annoncent le retour des billards chez les particuliers qui privilégient l'authenticité des relations ludiques dans l'environnement familial.

 

Revenir en haut de page

 

Revenir à la page d'accueil




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement